Книжная полка Сохранить
Размер шрифта:
А
А
А
|  Шрифт:
Arial
Times
|  Интервал:
Стандартный
Средний
Большой
|  Цвет сайта:
Ц
Ц
Ц
Ц
Ц

Французский язык. 11 класс. Базовый уровень

Покупка
Новинка
ФПУ
Артикул: 818628.01.99
Данный учебник является основным компонентом учебно-методического комплекта по французскому языку для 11 класса общеобразовательных организаций линии «Твой друг французский язык». Учебник реализует современный интеркультурный подход к содержанию обучения. Тематика, языковое наполнение и формат упражнений соответствуют возрастным и интеллектуальным возможностям и интересам учащихся старшей ступени среднего полного образования. Учебник создаёт возможность для организации самостоятельной работы учащихся: проблемные и творческие задания, проектная деятельность, упражнения с рефлексивной составляющей. Учебник содержит большое количество заданий и упражнений, соответствующих формату Единого государственного экзамена по иностранному языку, что позволяет учащимся подготовиться к сдаче ЕГЭ по французскому языку. Учебный курс обеспечивает выход на уровень B2 в соответствии с международными требованиями, предъявляемыми к уровню владения иностранным языком. Аудиоприложение к УМК доступно для бесплатного скачивания на сайте: https://prosv.ru/audio-francais-super11-1/
Кулигина, А. С. Французский язык. 11 класс. Базовый уровень : учебник / А. С. Кулигина, А. В. Щепилова. - 3-е изд., стер. - Москва : Просвещение, 2023. - 188 с. - (Твой друг французский язык). - ISBN 978-5-09-103581-0. - Текст : электронный. - URL: https://znanium.ru/catalog/product/2123846 (дата обращения: 12.04.2024). – Режим доступа: по подписке.
Фрагмент текстового слоя документа размещен для индексирующих роботов. Для полноценной работы с документом, пожалуйста, перейдите в ридер.
З © АО «Издательство «Просвещение» для коллекции ООО «ЗНАНИУМ »

.
УДК 373.167.1:811.133.1+811.133.1(075.3)
ББК 81.471.1я721
 
К90

Серия «Твой друг французский язык» основана в 2002 году.

Учебник допущен к использованию при реализации имеющих государственную 
аккредитацию образовательных программ начального 
общего, основного общего, среднего общего образования организациями, 
осуществляющими образовательную деятельность, в соответствии 
с Приказом Министерства просвещения Российской Федерации № 
766 от 23.12.2020 г.
Эксперты, 
осуществлявшие 
экспертизу 
учебника: 
Шеповало-
ва О. И., Кузнецова А. В., Беликова Г. В., Кулешова А. В.

Кулигина, Антонина Степановна.
К90  
Французский язык : 11-й класс : базовый уровень : учебник / 
А. С. Кулигина, А. В. Щепилова. — 3-е изд., стер. — Москва : Просвещение, 
2023. — 188, [4] с. : ил. — (Твой друг французский язык).
 
 
ISBN 978-5-09-103581-0.
Данный учебник является основным компонентом учебно-методического комплекта 
по французскому языку для 11 класса общеобразовательных организаций линии «Твой 
друг французский язык».
Учебник реализует современный интеркультурный подход к содержанию обучения. 
Тематика, языковое наполнение и формат упражнений соответствуют возрастным и интеллектуальным 
возможностям и интересам учащихся старшей ступени среднего полного 
образования.
Учебник создаёт возможность для организации самостоятельной работы учащихся: 
проблемные и творческие задания, проектная деятельность, упражнения с рефлексивной 
составляющей.
Учебник содержит большое количество заданий и упражнений, соответствующих 
формату Единого государственного экзамена по иностранному языку, что позволяет 
учащимся подготовиться к сдаче ЕГЭ по французскому языку.
Учебный курс обеспечивает выход на уровень B2 в соответствии с международными 
требованиями, предъявляемыми к уровню владения иностранным языком.
Аудиоприложение 
к 
УМК 
доступно 
для 
бесплатного 
скачивания 
на 
сайте: 
https://prosv.ru/audio-francais-super11-1/

УДК 373.167.1:811.133.1+811.133.1(075.3)
ББК 81.471.1я721

ISBN 978-5-09-103581-0 
© АО «Издательство «Просвещение», 2021
 
© Художественное оформление.
 
 
АО «Издательство «Просвещение», 2021
 
 
Все права защищены

З © АО «Издательство «Просвещение» для коллекции ООО «ЗНАНИУМ »

.
a   Identifiez les thèmes des articles d’après 
leurs titres.

■
■ L’internat d’excellence de 
Montpellier

L’internat d’excellence de Montpellier (Hé-
rault) accueille 500 élèves du CM2 à la termi-
nale. L’établissement compte 46 professeurs 
(pas tous à temps complet), quatre conseil-
lers principaux d’éducation, une assistante 
sociale et deux infirmières. Il y a seulement 
24 élèves par classe. Le système de notes 
est réduit au minimum (une fois par mois).

■
■ Un grand pourcentage de 
décrocheurs parmi les 15-29 ans

Un récent rapport du Conseil d’analyse 
économique indique: au début de l’année, 
1,9 million de Français de 15 à 29 ans ne 

suivaient pas d’études, ne travaillaient pas et 
ne bénéficiaient d’aucune formation profes-
sionnelle. Cela représente 17 % des jeunes 
de cette classe d’âge (jeunes nés la même 
année). 900 000 de ces jeunes ont quitté le 
cursus scolaire sans avoir de diplôme.

■
■ Ils signent le contrat de travail

14 ans. C’est l’âge minimal légal pour occu-
per un emploi rémunéré en France. Mais il 
est plus facile de travailler après 16 ans (fin 
de scolarité obligatoire). Sept heures par 
jour, c’est la durée de travail pour un salarié 
de moins de 16 ans. Un mineur doit signer 
un CDD (contrat à durée déterminée). Il fixe 
la durée de l’embauche, les horaires et le 
salaire. Le mineur est soumis aux mêmes 
instructions que les autres salariés. Comme 
eux, il doit respecter le règlement intérieur de 
l’entreprise. Il a aussi les mêmes avantages 

З © АО «Издательство «Просвещение» для коллекции ООО «ЗНАНИУМ »

.
(pauses, tickets, restaurant...). Sont interdits 
aux mineurs: le travail de nuit (20 h – 6 h 
pour les moins de 16 ans, 22 h — 6 h pour 
les 16-18 ans sauf exceptions), les emplois 
dans les bars et les travaux pénibles ou dan-
gereux). Des activités comme le port des 
charges lourdes sont très réglementées. Et 
même pour un job d’été, on doit passer une 
visite médicale.

■
■ La chasse aux jobs d’été

L’été va commencer. Et en France, la chasse 
aux jobs d’été est ouverte. Si un jeune a 
plus de 18 ans, il peut utiliser le réseau In-
formation Jeunesse, visiter le site Internet de 
Pôle emploi et ceux des fédérations profes-
sionnelles (UMIH, FFB1 ...). Il faut connaître 
trois points-clés avant de se lancer dans la 
recherche d’un petit boulot.

• Faire son curriculum vitae (CV) qui sert à 
te présenter. Il valorise ton expérience et 
tes compétences, précise tes centres d’in-
térêt, tes loisirs. Il doit être tapé et tenir 
sur une page.

• Rédiger une lettre de motivation. Elle ac-
compagne le CV et exprime ton intérêt 
pour le secteur d’activité et d’entreprise. 
Elle doit montrer que tu ne postules pas 
par hasard.

• Préparer l’entretien d’embauche. Attention 
au message sur ton répondeur. Il vaut 
mieux qu’il soit sobre si l’appel pour fixer 
un rendez-vous arrive. Note bien la date, 
le lieu et l’heure de la rencontre.
D’après la presse francophone

b   Cochez la bonne réponse.

■
■ L’internat d’excellence de 
Montpellier

1.  a) L’internat d’excellence de Montpellier 
accueille 500 élèves de la 3e à la termi-
nale.
b) L’internat d’excellence de Montpellier 
accueille 500 élèves du CM2 à la termi-
nale.

2.  a) 46 professeurs y travaillent à temps 
complet.

1  UMIH — Union des Métiers et des industries 
de l’Hôtellerie; FFB — Fédération française de 
bâtiments.

b) 46 professeurs y travaillent mais il y a 
ceux qui travaillent à temps partiel.
3. a) Les élèves sont notés chaque mois.
b) Les élèves sont interrogés et notés 
chaque semaine.

■
■ Un grand pourcentage de 
décrocheurs parmi les 15-29 ans

1.  a) 1,9 million de Français de 15 à 29 ans 
ne suivent pas d’études et ne travaillent 
pas.
b) 1,9 million de Français quittent l’école 
à 15 ans.

2.  a) Les jeunes qui quittent le système 
scolaire ont un diplôme ou une qualifi-
cation.
b) La grande partie des jeunes aban-
donnent leurs études sans diplôme ni 
qualification.

■
■ Ils signent le contrat de travail

1.  a) C’est à 14 ans que les jeunes Français 
peuvent occuper un emploi rémunéré.
b) C’est seulement à la fin de la scola-

З © АО «Издательство «Просвещение» для коллекции ООО «ЗНАНИУМ »

.
rité que les jeunes peuvent recevoir un 
travail.

2.  a) Ceux qui ont moins de 16 ans tra-
vaillent sept heures par jour.
b) Un salarié de moins de 16 ans travaille 
comme tous les salariés.

3.  a) Un jeune de moins de 16 ans doit 
signer un CDD.
b) Les jeunes de 16 ans signent un 
contrat à durée déterminée.

4.  a) Ce contrat fixe la durée de l’embauche, 
les horaires et le salaire.
b) Le CDD ne fixe que le salaire du mi-
neur.

5.  a) Pour les moins de 16 ans aussi bien 
que pour les 16-18 ans les emplois dans 
les bars, les travaux pénibles ou dange-
reux sont interdits.
b) Il y a des exceptions pour les 16-
18 ans.

■
■ La chasse aux jobs d’été

1.  a) Le curriculum vitae doit être écrit à la 
main et tenir sur une page.
b) Il doit être tapé.

2.  a) La lettre de motivation doit montrer ton 
intérêt pour le secteur d’activité choisi.
b) La lettre de motivation sert à présenter 
l’ensemble de tes intérêts.

1.  a) Trois élèves ont fait croire sur le ré-
seau social qu’une prof avait prévu un 
gros contrôle.
b) Une élève a porté plainte contre une 
des enseignantes de son école.

2.  a) Une élève a accusé une prof d’avoir 
prévu au dernier moment un gros contrôle.
b) Elle a protesté contre une mauvaise 
note.

3.  a) Les trois lycéennes ont cité le nom de 
l’enseignante.
b) Elles n’ont pas mentionné son nom.

4.  a) Toutes les trois ont été immédiatement 
exclues du lycée.

b) Ces élèves ont été définitivement 
exclues après un conseil de discipline, 
convoqué par la proviseure du lycée.

5.  a) Ces élèves ne pourront pas passer leur 
bac l’année même.
b) Elles passeront leur bac dans de nou-
veaux lycées, où elles ont été inscrites 
selon le règlement de l’éducation national.

6.  a) Deux élèves de seconde du lycée 
Lakanal ont été renvoyés de leur éta-
blissement pour avoir injurié leur provi-
seur.
b) Deux lycéens ont été exclus pour avoir 
créé sur le réseau social de faux profils 
de quatre de leurs professeurs.

c   Traduisez.

Tout est parti d’une mauvaise blague. Notre 
prof a prévu au dernier moment un gros 
contrôle. La sortie des trois lycéens est arri-
vée aux oreilles des professeurs. Le verdict 
du conseil de discipline: l’exclusion définitive 
des coupables.

d   Faites un bref résumé du texte.

  Des Lycéennes excLues 
pour messages injurieux

a   ecoutez une première fois et répondez à 
la question: pourquoi les trois lycéennes 
ont-elles eu leur sortie sur le réseau 
social?

b   après une deuxième écoute, trouvez la 
bonne phrase.

З © АО «Издательство «Просвещение» для коллекции ООО «ЗНАНИУМ »

.
a   Lisez l’article et commentez son titre.

■
■ A la tête de son association 
«Maman, je ne veux plus aller à 
l’école», la lycéenne Camille Valente 
veut agir à son niveau

«J’ai vu un documentaire sur le harcèle-
ment scolaire il y a quelques années. Cela 
m’a fait réagir et j’ai eu envie d’en parler», 
précise Camille Valenti, 17 ans. «Je n’avais 
pas moi-même été victime, mais mon petit 
frère notamment avait été insulté de manière 
répétée et avait subi des brimades. J’avais 
donc une idée très précise de ce que ces 
jeunes pouvaient vivre». Après sa plaidoirie 
contre le harcèlement pour un concours du 
Mémorial de Caen, elle a créé une associa-
tion pour agir. Prenant son bâton de pèlerin, 
elle se rend dans des collèges à la demande 
des établissements, pour faire de la préven-
tion. Camille a toujours le même réflexe. «Je 
regarde les élèves et j’observe leurs réac-
tions. Certains hochent la tête, ils voient très 
bien de quoi je parle. Un jour, l’un d’eux m’a 
fixé pendant tout mon discours, il avait les 
larmes aux yeux. Ça m’a beaucoup émue. 
Je n’avais qu’une envie: le prendre dans 
mes bras pour le consoler». Même si, cette 
année, la lycéenne doit préparer son bac, 
elle consacre toujours du temps à son as-
sociation. «Je regarde des témoignages 
par e-mail. Certains sont bouleversants. Je 
réponds toujours. Il faut parler du harcèle-
ment, qui reste un tabou. Je veux lutter à 
mon niveau, même si ce n’est pas grand-
chose. Les ados sont les premiers concer-
nés et les plus aptes à pouvoir réagir».

Actu 

brimade f – насмешка, издевательство
apte – qui a les moyens de faire quelque 
chose
plaidoirie f – exposé orale d’un avocat 
pour défendre une cause ou l’innocence 
d’un accusé
prendre son bâton de pèlerin – défendre 
une idée; aller d’un endroit à l’autre pour 
exposer ses idées
harcèlement m – attaques continues pour 
épuiser la victime

Pour mieux comprendre

b   Lisez et commentez les chiffres.

10% des élèves sont victimes de harcèle-
ment en primaire et au collège en France 
selon des rapports de 2015. Dans la moi-
tié des cas, la forme de harcèlement est 
sévère. Cela peut avoir de graves consé-
quences psychologiques.
5% des élèves disent ne pas être allés au 
collège par peur de la violence. Selon une 
étude de 2015 15% des élèves ne se sentent 
pas en sécurité.

c   Lisez le texte et trouvez les arguments 
des adversaires du bac.

FAUT-IL réForMer Le bAC?

Le bac reste un examen de référence. Mais 
85% des élèves et des parents ainsi que 
60% des enseignants souhaitent qu’il évo-
lue, selon Ipsos1.
«Nous pensons qu’il faut réformer le bacca-
lauréat parce qu’il est beaucoup trop lourd 
et qu’il a la tendance à évaluer toujours la 
même chose, c’est-à-dire la restitution des 
connaissances», disent les uns. D’autres 
déclarent: «Le baccalauréat ne permet pas 
d’évaluer 
les 
compétences 
nécessaires 
pour réussir dans l’enseignement supérieur, 
comme l’autonomie, le travail de groupe, 
le fait de planifier son travail, la capacité à 
aller chercher l’information et à la vérifier». 
Alors, quelles modifications apporter pour 

1  Ipsos — une société leader des études par 
enquêtes.

З © АО «Издательство «Просвещение» для коллекции ООО «ЗНАНИУМ »

.
mieux préparer les élèves à leur future vie 
étudiante? «En proposant des épreuves no-
vatrices qui, de toutes façons, ne peuvent 
s’organiser sous la forme d’épreuves ter-
minales nationales», répond un de ceux qui 
disent que le bac est un examen lourd et 
inadapté.
Les partisans du baccalauréat présentent 
leurs avantages:

• Dans sa forme actuelle, le baccalauréat 
met tout le monde sur un pied d’égalité.

• Même s’il est source de stress, l’examen 
final peut aussi devenir un objectif stimu-

lant (la satisfaction que l’on tire de l’ob-
tention du bac).

• C’est un travail payant pour ceux qui tra-
vaillent régulièrement et ont des notes 
convenables tout au long de l’année.
D’après la presse francophone

d   relisez le texte et engagez une discus-
sion. Formez deux groupes: ceux qui 
sont pour et ceux qui sont contre le bac.

e   Informez-vous sur la réforme d’enseigne-
ment dans notre pays et faites sa pré-
sentation.

  pArLer DU DéCroChAge 
sCoLAIre

1   a) Lisez l’article de dictionnaire ci-des-
sous et trouvez une signification du 
verbe «décrocher» qui explique le sens 
des expressions «le décrochage scolaire» 
et «les décrocheurs scolaires».

Décrocher v.

I. v. tr. 1. Détacher (ce qui est accroché). 
Décrocher des rideaux. а Décrocher le télé-
phone: ôter le combiné de son support. «Un 
déclic... On a décroché» (Sarraute). а par 
exagèr. Bâiller, rire à se décrocher la mâ-
choire. 2. Fig et fam. Obtenir. Décrocher le 
premier prix, le bac.

II. v. intr. 1. Milit. Rompre le contact, se reti-
rer, reculer. а Fam. Abandonner (une activi-
té), renoncer à suivre, s’arrêter. Tu es crevé, 
tu devrais décrocher. 2. Décrocher de: se 
détacher de. Décrocher d’un parti politique.

  b) Lisez le texte ci-dessous et trouvez-y 
les mots synonymes des expressions 
suivantes:

• la poursuite (actes ou paroles pour sou-
mettre qn à de petites attaques inces-
santes)

• en avoir assez, être dégoûté

• partager

• résoudre

• une lutte violente, échange de coups

• le lieu où l’on vit, où habite la famille; la 
famille elle-même

• rechercher, s’efforcer d’atteindre (un ré-
sultat)

Chaque année, des milliers de jeunes aban-
donnent l’école en Suisse avant d’avoir ter-
miné les neuf ans obligatoires. Ce chiffre 
provient d’une étude menée sur plusieurs 
années. Elle a été réalisée par une équipe 
dirigée par la pédagogue Margrit Stamm.
Il est rare qu’un décrochage scolaire soit un 
événement soudain. Il est généralement pré-
cédé d’une longue histoire. Certains ont déjà 
du mal à s’intégrer à un groupe et à respec-
ter des règles à l’école enfantine. D’autres 
ont des mauvaises notes dès le début et 
ne se sentent pas bienvenus à l’école. Ce 
sont presque toujours des problèmes avec 
les enseignants ou les camarades de classe 
qui rendent l’école difficile.
Margrit 
Stamm 
répartit 
les 
décrocheurs 
scolaires en quatre groupes: les victimes 
de harcèlement, ceux qui en ont marre de 
l’école, les délinquants et ceux qui souffrent 
de problèmes familiaux. Les victimes de har-
cèlement moral sont chassées de l’école par 
leurs camarades, ou du moins ils le res-
sentent ainsi. Ces cas sont moins fréquents 
et plus simples à solutionner. Le problème 
de ceux qui souffrent de leur situation fami-
liale se trouve en dehors de l’école. La situa-

З © АО «Издательство «Просвещение» для коллекции ООО «ЗНАНИУМ »

.
tion difficile en famille les empêche de se 
concentrer à l’école ou même d’y aller.
Le groupe le plus important est celui de 
ceux qui en ont marre de l’école. Ils se 
rebellent parfois aussi contre les attentes 
élevées de leurs parents en refusant l’école. 
Les résultats scolaires chutent, la motivation 
disparaît de plus en plus. Ceux qui en ont 
marre de l’école se sentent incompris et 
traités de manière injuste. Sécher les cours 
devient une habitude. Ils se détachent éga-
lement au niveau affectif de plus en plus de 
l’école, jusqu’à ce qu’ils n’arrivent plus à se 
résoudre à y aller.
Les délinquants tombent rapidement dans la 
petite délinquance, le vol ou les bagarres. 
A l’école, ils ne font preuve ni de discipline 
ni de respect. Ils sont souvent exclus des 
établissements scolaires. Ils se retrouvent en 
maison d’éducation surveillée. Ils y suivent 
encore des cours mais ne reçoivent généra-
lement plus de bulletins. La plupart de ces 
établissements remettent des certificats sans 
notes.
La situation économique des familles des dé-
crocheurs est également intéressante: 25% 
sont issus de familles ayant un revenu supé-
rieur à la moyenne, 40% de la classe moyenne. 
8% vivent dans un foyer à faible revenus et 
faible éducation, 27% dans un foyer très 
pauvre au niveau d’éducation minimal.
D’après cette étude, la moitié des décro-
cheurs a quitté l’école de son propre gré. 
L’autre moitié a été exclue de l’école ou pla-
cée dans un autre établissement parce que 
ces élèves dérangeaient tellement les cours 
que toute la classe en souffrait.
Margrit Stamm et ses collègues ont constaté 
que plus de la moitié des décrocheurs ar-
rivent à se réinsérer. Tout n’est pas perdu, 
même après un décrochage scolaire. La 
majorité reprennent pied grâce à une for-
mation professionnelle, un stage, une école 
ou encore dans un établissement scolaire 
spécialisé.
Margrit Stamm propose un programme vi-
sant à empêcher le décrochage scolaire. 
Cela nécessite l’identification précoce des 
élèves en danger pour que les causes de 
leurs problèmes scolaires soient abordées 
rapidement. L’intérêt pour ce programme est 
grand, déclare-t-elle.
D’après la presse francophone

  c) relisez le texte et trouvez les 
équivalents des expressions russes.

Внезапное событие, правонарушитель, восставать 
против, прогуливать уроки, на эмоциональном 
уровне, по своей воле, раннее/ 
своевременное.

  d) Choisissez un des groupes des décro-
cheurs scolaires. Caractérisez-les. em-
ployez le lexique de l’exercice.

2   a) Lisez les témoignages ci-dessous et 
dites à quel groupe des décrocheurs 
appartiennent ces jeunes. justifiez votre 
point de vue.

■
■ Ils décrochent… et après?

Ils ne voient pas l’intérêt d’aller à l’école, 
pensent avoir d’autres priorités… et quittent 
le cursus scolaire. Ces élèves en situation 
de décrochage, mineurs, sont toujours aussi 
nombreux chaque année en France à errer 
sans diplôme ni compétences intellectuelles. 
Beaucoup d’entre eux sont issus de familles 
moyennes et ne sont absolument pas stu-
pides. Comment les enfants et adolescents 
en arrivent-ils au point de mettre en danger 
leur avenir et pourquoi n’arrive-t-on pas à 
les garder à l’école? Alors que font-ils ? Que 
deviennent ces jeunes?

■
■ Dani

Dani se livre pour la énième fois un duel 
avec sa prof, devant toute la classe. Il n’ac-
cepte pas de devoir être capable de calculer 
la surface d’un triangle, et de ne pas pou-
voir donner son avis en ce qui concerne les 
matières enseignées. Il veut un enseigne-
ment plus proche de la réalité et moins de 
matières arides. Le ton autoritaire de sa prof 
ne fait que renforcer sa haine de l’école. Il 
commence par sécher ses cours, puis il ne 
va plus à l’école.
Le monde dans lequel il se trouve depuis 
avoir quitté l’école est tellement plus léger. 
Il fait le DJ pour des soirées, rentre sou-
vent à l’aube à la maison. Sa mère est au 
bord du désespoir, même si cette femme 
ayant un bon travail ne perd pas facilement 
son calme. «L’école s’est vraiment donné 
beaucoup de mal pour faire revenir Dani», 
insiste-t-elle. «La directrice a même attendu 

З © АО «Издательство «Просвещение» для коллекции ООО «ЗНАНИУМ »

.
dans le salon jusqu’à ce que Dani accepte 
de sortir de sa chambre». Mais toutes les 
discussions et tentatives ont échoué. La 
mère de Dani a réglé son départ avec l’ad-
ministration scolaire.
Aujourd’hui Dani fait un stage d’un an en 
cuisine et passe une journée et demie par 
semaine à l’école. Le pire est passé et il 
est content de sa situation. «Je gagne de 
l’argent, j’apprends beaucoup de choses 
sur la cuisine et je n’ai pas de devoirs à 
faire. Que demander de plus?» La mère de 
Dani est également contente de la solution 
trouvée: «Dani se lève le matin, y va avec 
plaisir et apprend quelque chose». L’année 
prochaine, Dani veut commencer un appren-
tissage de vendeur. Il est confiant de pou-
voir trouver un emploi dans un magasin de 
skateboard, grâce à ses relations dans ce 
milieu.

■
■ eric

Eric a une explication toute simple pour son 
comportement: «Je voulais quitter ma fa-
mille d’accueil et aller dans un foyer». Cela 
n’était réalisable qu’en faisant encore plus 
de bêtises. Il a volé, cambriolé. Il n’avait rien 
contre l’école, bien au contraire: «Je me suis 
toujours amusé à l’école. Je pouvais montrer 
mes émotions, être triste ou furieux, provo-
quer. Tout ce que je ne pouvais pas faire 
dans ma famille d’accueil.»
L’adolescent de dix-sept ans aujourd’hui 
avait déjà réussi à se faire exclure deux fois 
de l’école primaire. Il a vécu six mois dans la 
rue, est passé par des foyers, des maisons 
d’arrêt ainsi qu’en hôpital psychiatrique. Eric 
parle vite et sait ce qu’il veut dire. Il n’est 
pas bête. Mais sa prononciation est indis-
tincte et ses phrases contiennent des fautes. 
On peut lire une fierté rebelle sur son visage: 
«Je ne regrette pas ce que j’ai fait, mais de 
ne pas avoir de diplôme est un grand pro-
blème».
Il vient d’envoyer sa candidature pour un 
apprentissage en tant qu’agent de nettoyage 
des bâtiments. «C’est le niveau des boulots 
qui sont encore à ma portée», dit-il pro-
saïquement. Et c’est encore optimiste pour 
l’adolescent en tenue de hip-hop.

■
■ Kévin

Kévin n’a jamais aimé l’école. Il révèle ne 
pas avoir reçu de soutien familial, arrivé au 

collège. Alors il a décroché: «J’avais des 
problèmes familiaux. Ça ne m’a pas aidé. 
Je ne ressentais plus aucune envie d’aller 
au collège. J’ai arrêté d’y aller en classe 
de 5e.»
Pendant ces années d’errance, Kévin «a 
appris la vie». «Je traînais dans le métro, je 
rencontrais de nouvelles personnes tous les 
jours et j’ai connu des mauvaises galères 
aussi». Si ce jeune garçon a pu s’en sor-
tir, c’est grâce au foot. «Si je voulais passer 
pro, j’étais obligé de passer mon bac». Kévin 
a donc rejoint les bancs du lycée à Guin-
gamp où il passe cette année son bac Eco-
nomique et Social (ES). Il aspire aujourd’hui 
à être footballeur semi-professionnel et de-
vrait poursuivre ses études.

■
■ justine

«J’ai pris l’habitude de sécher les cours au 
collège», se souvient Justine, aujourd’hui 
âgée de 24 ans. «Sans doute par manque 
de confiance en moi et de repères, je 
n’osais pas me projeter dans l’avenir et 
n’ai jamais su m’intégrer dans une classe. 
J’avais pourtant les capacités suffisantes 
pour envisager des études, il y avait même 
des cours qui m’intéressaient réellement et 
des matières dans lesquelles je m’en sortais 
bien... Mais trop d’absences et d’irrégula-
rité dans mon travail m’ont mise en retard 
et j’ai peu à peu décroché. J’ai redoublé 
deux fois avant d’arrêter complétement au 
lycée.»
D’après la presse francophone

  b) Trouvez dans le texte ci-dessus les 
équivalents français des mots russes 
suivants.

Cкитаться, иметь право голоса по поводу 
чего-то, сухой/неинтересный, не удаться 
(провалиться), приёмный, общежитие, неотчётливый, 
строптивый, быть доступным, 
откровенно 
признаваться, 
неприятности, 
ориентир (система ценностей), иметь в виду (
планировать).

  c) Faites entrer ces expressions dans 
des phrases.

  d) résumez le texte en répondant aux 
questions du premier paragraphe.

З © АО «Издательство «Просвещение» для коллекции ООО «ЗНАНИУМ »

.
Parler des relations 
Profs-élèves

3   a) lisez le chapeau de l’article et les 
témoignages ci-dessous et en formulez 
le thème.

■
■ le Monde 
A
ux Etats-Unis, Etat de Virginie s’apprête 
à prendre des mesures interdisant à ses 
enseignants de parler à leurs élèves sur un 
réseau social, par SMS ou en messagerie 
instantanée. Des enseignants lecteurs du 
Monde expliquent comment ils gèrent leurs 
relations avec leurs élèves sur les réseaux 
sociaux.

* * *

J’ai un espace sur l’environnement numérique 
de travail de mon lycée: tous mes élèves y 
accèdent via un mot de passe particulier. Ils 
peuvent alors communiquer avec moi via un 
forum, ou personnellement, sans que mon 
adresse de courriel n’apparaisse. Ensuite, j’ai 
eu la nécessité de donner mon adresse aux 
élèves: mais il y a un contrat moral immédiat 
entre nous. Au moindre courriel douteux, ils 
savent qu’ils ne pourront plus compter sur 
mon aide. En huit ans, je n’ai eu aucun sou-
ci. Cela dit, il s’agit toujours d’élèves de pre-
mière, donc plus matures. Cette année, mes 
élèves de seconde m’ont demandé de m’ins-
crire sur un réseau social, et ils ont essuyé 
un «non» catégorique! La frontière entre vie 
professionnelle et vie privée me semble trop 
fragile!»

Patricia

* * *

Je n’avais pas hésité à accepter bon nombre 
d’élèves sur mon compte VKontakte, ainsi 
que leurs amis universitaires, si bien que très 
rapidement j’ai eu comme «amis» la majorité 
des étudiants de ma filière.
Un jour, par hasard, j’ai surpris une conver-
sation en salle des professeurs qui critiquait 
ouvertement le fait que l’on voyait une col-
lègue, sur ses photos VKontakte, dans des 

clubs, entourée d’élèves. Moi, personnelle-
ment, ça ne me choquait pas, mais ces cri-
tiques entendues m’ont fait réfléchir.
J’ai donc commencé à m’autocensurer, à 
enlever les photos, jusqu’à ce que mon 
compte VK... ne serve plus à rien! Comme 
ça, j’ai résolu le problème: j’ai effacé de 
mon compte tous mes élèves. Maintenant, 
je suis tranquille.

Natacha

* * *

Les 
fermetures 
d’établissement 
lors 
du 
confinement de printemps lié à la pandémie 
de Covid-19 ont obligé tous les professeurs 
concernés à mettre en place un plan de 
communication avec leurs élèves via Inter-
net, pour assurer la continuité pédagogique.
Les messageries professionnelles permettent 
tous les échanges pédagogiques utiles et 
me paraissent suffisants. Certains collègues 
y ajoutent des blogs ou des forums spécia-
lement dédiés à leur discipline.
Cependant aucune «urgence pédagogique» 
ne justifie l’usage des SMS et la communi-
cation des numéros de téléphone portable, 
excepté lors des voyages scolaires, ce qui 
rassure certainement les familles.
Quant 
à 
VKontakte, 
pour 
ma 
part, 
il 
n’est pas question d’accepter des élèves 
(comme «amis»), car cela limiterait ma li-
berté d’expression, et je ne tiens pas à lire 
leurs échanges, cela relève de l’indiscrétion 
(d’autant plus qu’ils n’ont pas conscience 
de ce qu’ils livrent à l’ensemble de leurs 
«amis»).

Manon

* * *

Quand vous êtes professeur, les élèves 
cherchent vos traces sur Internet: ils sont 
curieux de votre vie privée.
J’en avais assez d’avoir des demandes 
d’amis sur mon compte VKontakte. Pour pré-
server ma vie privée tout en continuant ma 
participation sur la toile, j’ai fini par adopter 
la stratégie des identités multiples. J’ai créé 
un compte VK à mon vrai nom et ai accep-
té les élèves sur ce compte et seulement 
les élèves. J’avais donc deux comptes: un 
compte perso sous un pseudonyme, et un 
autre pour les élèves. Grâce à ce compte, 
les élèves me contactent plus facilement, 

З © АО «Издательство «Просвещение» для коллекции ООО «ЗНАНИУМ »

.