Книжная полка Сохранить
Размер шрифта:
А
А
А
|  Шрифт:
Arial
Times
|  Интервал:
Стандартный
Средний
Большой
|  Цвет сайта:
Ц
Ц
Ц
Ц
Ц

Langue francaise: Techniques dexpression ecrite et orale

Учебное пособие
Покупка
Основная коллекция
Артикул: 165250.08.01
К покупке доступен более свежий выпуск Перейти
Учебное пособие ставит своей целью расширение и углубление навыков практического владения устным и письменным французским языком. Имеет ярко выраженную практическую направленность. Теоретические блоки, сопровождаемые системой упражнений, дают возможность эффективно реализовать индивидуальную и самостоятельную работу в процессе совершенствования французского языка. Для студентов высших учебных заведений.
Багана, Ж. Langue francaise: Techniques dexpression ecrite et orale : учебное пособие / Ж. Багана, Е.В. Хапилина, Н.В. Трещева. — Москва : ИНФРА-М, 2022. — 127 с. — (Высшее образование). - ISBN 978-5-16-005232-8. - Текст : электронный. - URL: https://znanium.com/catalog/product/1878661 (дата обращения: 12.04.2024). – Режим доступа: по подписке.
Фрагмент текстового слоя документа размещен для индексирующих роботов. Для полноценной работы с документом, пожалуйста, перейдите в ридер.

ВЫСШЕЕ ОБРАЗОВАНИЕ

серия основана в 1 996 г.




Ж. БАГАНА
Е.В. ХАПИЛИНА
Н.В. ТРЕЩЁВА
  LANGUE FRAN^AISE:
TECHNIQUES D’EXPRESSION ECRITE
ET ORALE

УЧЕБНОЕ ПОСОБИЕ



znanium.com

Москва ИНФРА-М 2022
УДК 811.133.1(075.8)
ББК 81.2Фр.я73

     Б14











      Багана Ж.
Б14      Langue Irancaise: techniques d’expression ecrite et orale : учебное посо-
       бие / Ж. Багана, Е.В. Хапилина, Н.В. Трещёва. — Москва : ИНФРА-М, 2022. — 127 с. — (Высшее образование).


         ISBN 978-5-16-005232-8 (print)
         ISBN 978-5-16-110816-1 (online)

         Учебное пособие ставит своей целью расширение и углубление навыков практического владения устным и письменным французским языком. Имеет ярко выраженную практическую направленность. Теоретические блоки, сопровождаемые системой упражнений, дают возможность эффективно реализовать индивидуальную и самостоятельную работу в процессе совершенствования французского языка.
         Для студентов высших учебных заведений.


УДК 811.133.1(075.8)
ББК 81.2Фр.я73


ISBN 978-5-16-005232-8 (print)
ISBN 978-5-16-110816-1 (online)

© Багана Ж., Хапилина Е.В., Трещёва Н.В., 2012
Avant-propos



    Ce manuel nous presente l'etude de la langue francaise dans la variete de son fonctionnement. Il est destine aux etudiants et a tous ceux qui veulent ameliorer leur expression francaise ecrite ou orale. Tout le long de l'ouvrage sont presentes des exercices de syntaxe, d’orthographe et de vocabulaire.
    Le manuel comporte 12 chapitres consacres chacun a des exercices permettant d'appliquer les regles et de s'assurer que la difficulte n'est plus source d'erreurs. Nous avons prete une attention speciale aux paragraphes des registres de langue, des accords et nuances de sens, des phrases lourdes, maladroites et de la ponctuation, c'est-a-dire aux themes les plus difficiles pour les etudiants apprenant la langue francaise.
    Enfin l'observation des classes les plus diverses nous a montre que les etudiants commettent plusieurs fautes d'expression francaise orale et ecrite. Aussi avons-nous l'ambition de corriger ces fautes et d’aboutir a une meilleure maitrise de la langue francaise.

3
UNITE 1 :
LES REGISTRES DE LANGUE

    Nous savons que, pour transmettre la meme information, une personne utilise des registres differents selon son interlocuteur. Dans un souci de simplification, nous pouvons distinguer trois principaux registres de langue :
       le registre familier: t'as qu'a manger.
       le registre courant: ne le tape pas.
       le registre soutenu: arrivera-t-il ?
    1)     Le registre courant est neutre. II peut convenir a toutes les situations, notamment dans les rapports, les memoires, les articles de journaux, les debats, les oraux d'examen... II emploie un vocabulaire ou les mots sont habituels, utilises dans leur sens le plus frequent: camarade, pleurer, se mettre en colere, se facher...
    La construction des phrases est claire, evite la complication et respecte les regles de grammaire. Le passe simple est le plus souvent remplace par le passe compose. L'imparfait du subjonctif ne se rencontre jamais:
    Ah! Monsieur, si nous avions su, nous ne serions pas venus.
    Bien qu'il aime travailler son jardin, il s'est finalement decide a venir vivre a la ville.
    2)     Le registre familier est le registre de la conversation, de la discussion. Il suppose que l'on connaisse bien les interlocuteurs. Ce registre omet la negation ne, utilise on pour nous, ne fait pas l'inversion de sujet dans l'interrogation, evite la subordination, ne prononce pas toutes les syllabes. On l'utilise en famille, entre amis et collegues, dans des situations sans contraintes. C'est une facon de s'exprimer qui est spontanee et vivante. Le vocabulaire comporte des termes choisis tels que paniquer, copain, chialer, se mettre en rogne. ... Dans sa construction des phrases ce registre emploie des mots oublies: Y a qu'a partir; des negations incompletes: j 'sais pas!, des incorrections: si j'aurais su.
    3)     Le registre soutenu (registre litteraire) convient aux textes litteraires, aux circonstances solennelles. C'est par exemple celui des discours d'un chef d'Etat. Il refuse la tournure est-ce que, met des elements en relief, utilise le passe simple et l'imparfait du subjonctif. Dans la prononciation toutes les syllabes sont parfaitement articulees. Les termes du vocabulaire sont recherches, parfois savants; ce registre recherche la precision et emploie des termes abstraits: etre dans une profonde affliction, perdre la maitrise de soi, etre dans le plus grand desarroi... Les phrases sont longues et complexes et l'emploi du passe simple et parfois de l'imparfait du subjonctif est frequent:
    Bien qu'elle fut tres sensible a toutes les marques d'amitie, elle etait dans le plus grand desarroi et ne put se resoudre a sejourner dans cette belle demeure.

4
   Les registres familier et soutenu ne sont pas neutres ; ils apportent des informations sur l'origine sociale du locuteur, sur le type de relations que le locuteur entretient avec ses interlocuteurs.
   Pour aller plus loin, chacun des registres est utilise aussi bien a 1'oral qu'a l'ecrit. La faute n'est done pas d'ecrire comme on parle, mais de ne pas approprier le bon registre a la situation.

   Exercice I: Recrivez les phrases familieres selon le registre courant et le registre soutenu.


            Exemple:


   (Registre familier) Le professeur s'est paye une nouvelle bagnole.
   (Registre courant) Le professeur a achete une nouvelle voiture.
   (Registre soutenu) Le professeur a fait l'acquisition d'une nouvelle automobile.

   1)  J'en ai assez de toi.
   2)  Tu es vachement gentil.
   3)  J'ai des tas de choses a faire.
   4)  Ne m’embete pas.
   5)  Hein? quoi?
   6)  Ouais. Ca va.
   7)  Voici un canasson.
   8)  Ce gamin est dans la deche.

   Exercice II: Voici des phrases du registre familier. Donnez les equivalents dans le registre courant.


1) Je n'sais pas.
2) On a qu'a lui demander.
3) Il a dit quoi?
4) C'est rapport a son travail.
5) T'as tout compris?

6)  L'auteur semble etre pas au courant.
7)  Il veut quoi?
8)  Il en a marre de cette vie.
9)  Il m'a barbote mes boucles d'oreilles.



            Exercice III: Recrivez ces phrases du registre courant dans le registre soutenu.


   1)  Est-ce qu'il viendra?
   2)   Ils sont partis travailler des les premiers rayons du soleil.
   3)   Il aimait qu'on le sollicite.
   4)   Je ne sais pas qui est ton camarade.
   5)   Un contretemps ennuyeux.
   6)   Ne le gronde pas.
   7)   Est-ce que tu ne viens pas au cinema avec moi?


5
            Exercice IV: Voici un extrait de texte de la langue familiere. Mettez-le dans la langue courante en plagant les ajouts.


    Pas rentre mon frere depuis le soir. Consequence faut telephoner la police. Avant, le commissaire, homme grand, brun, demarche calme, chef police criminelle, a demande a moi la photo. Apres il a dit: faut que t'explique ca mon p'tit.


            Exercice V: Recrivez correctement ce texte en mettant les ajouts.


    Pas faciles les voisins! Mais faut tout de meme vivre avec. Pas de probleme avec le vieux du second. Cependant la jeune qui vit au premier n'est pas serieuse. En premier, elle fait du bruit et deuxiemement elle parle a personne.


            Exercice VI: Faites l'etude grammaticale d'un registre de langue: justifiez l'emploi du registrefamilier dans le texte suivant.


L e b o u q u e t
    Nicolas, qui vient d'acheter un bouquet pour sa mere, rencontre ses camarades. Il raconte la scene:
    J'etais tout content avec mon bouquet, quand nous avons rencontre Geoffroy, Clotaire et Rufus, trois copains de l'ecole. «Regardez Nicolas, a dit Geoffroy, ce qu'il peut avoir l'air andouille avec ses fleurs! - Tu as de la veine que j'aie des fleurs, je lui ai dit, sinon tu recevrais une gifle! -Donne-les-moi, tes fleurs, m'a dit Alceste, je veux bien les tenir pendant que tu gifles Geoffroy.» Alors, moi, j'ai donne le bouquet a Alceste et Geoffroy m'a donne une gifle. On s'est battus et puis j'ai dit qu'il se faisait tard, alors on s'est arretes.

    Exercice VII: Les phrases suivantes melangent deux niveaux de langue (niveau familier et niveau courant ou soutenu). Analysez les elements qui appartiennent a chaque niveau de langue.

    1) Cher Monsieur, tu es completement deboussole.
    2) Le noble marquis a l'allure imposante se flanqua par terre.
    3)     Ma vieille branche, comment vous dire le bonheur que me causent nos retrouvailles?
    4)     Je ne me suis pas laisse embobiner, et je lui ai signifie son renvoi sur-le-champ.
    5)     Des annees s'ecoulent, prosperes, et le resultat, c'est qu'ils s'enrichissent.


6
    Exercice VIII: Dites a quel registre appartiennent les mots suivants et proposez, pour chacun d'eux, un mot equivalent appartenant a un autre registre.

    roupiller - s'inquieter - etre fou - la peur - un camarade - se tromper -une godasse - partir - dejeuner - hurler - du fric - une automobile - une gifle - drole - une maison.


            Exercice IX: A quel registre de langue ces phrases appartiennent-elles? Notez les elements qui vous ont permis de le dire.


    1)  Pas question! J’irai pas me promener avec ce zouave!
    2)     Bien qu’elle se sentit humiliee par ces propos de sa voisine, elle lui adressa un sourire charmant.
    3)  Si le temps le permet, nous irons a la campagne dimanche.
    4)     Ce jour-la s’inscrivit a tout jamais dans sa memoire. Ah! Qu’il eut voulu ne jamais le vivre!
    5)     D'un geste malencontreux, l'enfant renversa son verre de menthe a l'eau.
    6)  Quoi? Tu penses que j'vais grimper dans c'te bagnole? T'es pas fou?
    7)     Epouvante par cette vision, secoue de sanglots irrepressibles, l'enfant courut se refugier aupres de sa mere.
    8)  Le Conseil des ministres se reunit chaque mercredi a l'Elysee.
    9)  La Revolution, on en parle peu finalement.
    10)     Malveillance des choses, submerge, vastes zones depressionnaires de l'insomnie...

    Exercice X: Dans le texte «Gentils alligators», beaucoup d'expressions et de constructions grammaticales sont familieres et relevent de l'oral. Proposez une redaction plus recherchee pour la partie narrative du texte. Dans les propos rapportes au style direct, on peut conserver les tournures familieres.

G e n t i l s a l l i g a t o r s
    Au cours d'un visite au zoo avec sa classe, Gilbert saute dans la fosse aux alligators, afin d'epater sa petite amie Jessica.
    Et puis on est alle aux alligators qui sont mes betes favorites depuis que j'ai failli en avoir un a Miami en Floride quand on y etait pasque la y les vendent dans les boites en carton. Des bebes. Au zoo y z'etaient sur une ile entouree d'une fosse et puis y avait un peu d'herbe et une chaine. Pas des cages. Je les ai regardes. (J'ai un alligator a la maison, il s'appelle Allie. Il est mort, je l'ai eu a l'aerodrome. Il est empaille). Y souriaient

7
tous. Alors j'ai saute par-dessus la chaine et j'ai marche sur 1'herbe pour :aller me pencher par-dessus la fosse et j'ai dit:
    -  Salut, les alligators!
    Y en avait cinq. Y dormaient tous et y en avait un qui avait la bouche grande ouverte sans bouger. Et puis j'ai entendu toutes les classes hurler. Je m'ai retourne et j'ai vu Mlle Iris qui courait dans tous les sens. Et Shrubs lui a dit:
    -  Tout va bien, mademoiselle, je crois qu'y les connait.
    Mais Mlle Iris s'est mise a gueuler:
    -     Reviens ici tout de suite, Gilbert, tu m'entends, sinon tu vas avoir des affaires a moi!
    -  Il ne s'appelle pas Gilbert, il s'appelle Gulp!
    J'ai entendu quelqu'un dire ca dans mon dos et je m'ai tourne de nouveau; c'etait Jessica qui etait pres de moi.
    -     Tu ferais mieux de sortir tout de suite, je lui ai dit. Y vont te tuer et te bouffer, Jessica, c'est pas tes amis.
    -  Je vais me presenter, qu'elle a dit.
    Le vent soulevait un tout petit peu sa robe et on voyait ses chaussettes qui montaient aux genoux. Et un des alligators a fait comme un coup de fouet avec sa queue.
    -  Je m'appelle Jessica Renton, elle lui a dit.


            Exercice XI: Relevez dans le texte suivant le vocabulaire et les constructions caracteristiques du style familier.


U n c o n d u c t e u r p a s s i o n n e
    «Quand c'est une petite bagnole qui me double, je me dis toujours que c'est surement un grand pilote de course qui est au volant... Mais je peux vous affirmer une chose: ceux qui me possedent avec des Dauphine, j'en ai pas vu des douzaines.»
    Il s'est tu un instant, puis, comme s'il avait eu soudain le sentiment que je doutais de lui, que je le prenais pour un gamin en train de bluffer ou de divaguer, il s'est tourne vers moi pour reprendre, sur un ton presque agressif:
    «La voiture, pour moi, faudrait pas vous figurer que c'est un jouet: une toquade de quelques semaines. Ca fait trois ans que j'ai pas pris un seul jour de vacances. Trois ans que j'ai pas mis les pieds dans un bar ou dans un cinema... Rien! Je ne depense absolument rien... Tout pour ma bagnole... Mais cette fois, j'ai pas pu resister. J'ai demande deux jours a mon patron... Il fallait que je puisse voir ca de pres au moins une fois.»

    Exercice XII: Expliquez les expressions suivantes (style parle tres familier). Trouver les correspondances en frangais standard.


8
    1. Ah bien alors ! Les bras m'en tombent ! — 2. Tu te fais toujours de la bile (du mouron). — 3. J'en ai marre. — 4. C'est marrant. — 5. J'en ai ras-le-bol. — 6. Grouille-toi. — 7. Tu charries (tu debloques !) — 8. Il est complctement dingue (marteau), (timbre), (pique) ! — 9. Debrouille-toi ! — 10. Qu'est-ce qu'il est casse-pieds ! — 11. Je suis fauche. — 12. Il gagne un fric fou. — 13. Il a de la galette. — 14. On met les voiles? (On se tire ?) — 15. Qu'est-ce que tu reluques ? (Tu lorgnes) ? — 16. Je vais descendre, histoire de me derouiller les jambes. — 17. Il a un poil dans la main. — 18. Ce n'est pas pique des vers. — 19. C'est le bouquet ! — 20. Je lui tire mon chapeau (Chapeau) ! — 21. T'es bien avance maintenant ! — 22. Il m'a tire les vers du nez. — 23. S'il faut prendre des gants pour te parler, maintenant ! — 24. Fais gaffe ! — 25. Ton boulot, qu'est-ce que ca donne ? — 26. Il a une bonne bouille ! — 27. Quelle drole de bobine ! — 28. Tu as du toupet (du culot) ! — 29. Qu'est-ce qu'elle est mal fringuee (nippee), (fagotee) ! — 30. Qu'est-ce qu'il est sape ! — 31. Elle a ete douchee. — 32. Tu t'es flanque par terre (casse la figure). — 33. Il m'en a ecrit toute une tartine. — 34. Je me tate. — 35. Quel boucan ! (Quel raffut !) — 36. Quel navet, ce film — 37. Kif-kif. — 38. Le v'ia qui s'amcne. — 39. Il est en rogne (maronner), (ronchonner), (raler). — 40. Elle a une floppee de gosses (moutards). — 41. Tu tombes pile. — 42. Tu me fais la bise ? — 43. Qu'est-ce qui te prend ? — 44. J'en ai mis un coup. — 45. Elle se tient a carreau. — 46. C'est une tuile ! — 47. Je vais lui passer un savon. — 48. Laisse tomber ! — 49. C'est louche. — 50. Je suis sur les dents.


            Exercice XIII: Voici des phrases en argot. Transposez-les en style plus soutenu.


    En se baladant, il lui faisait un baratin du tonnerre. Mais elle l'a trouve barbant. Pourtant c'est un type bien, bien baraque. Elle, de son cote, elle est bien balancee, drolement sympa. — 2. Au bistrot, y avait un boucan terrible. Ils sont alles bouffer dans un boui-boui degueulasse, mais ils n'avaient pas beaucoup de fric, ils etaient fauches ; la boustifaille etait infecte. Heureusement que l'patron avait une bonne bouille, mais il faisait son boulot sans s'grouiller. — 3. J'en ai marre d'cette gar-gotte minable. On nous sert que des patates. On picole un pinard qui est une vraie piquette ; la tambouille est ignoble. Meme la flotte pue la javel ! — 4. « Tu me casses les pieds », lui disait son frangin. « J'en ai plein le dos ». — 5. On l'a passe a tabac pour savoir ou il avait planque le pognon. — 6. Il s'etait fait piquer un bouquin rudement rasoir. Pourtant elle s'etait bidonnee parce qu'elle l'avait trouve marrant, mais il devait etre de mauvais poil et il n'avait rien pige. — 7. C'est un turbin vachement peinard. — 8. C'est un brave mec qui lui avait refile un tuyau. — 9. C'est pas de pot ! (pas de veine). — 10. Manque de bol ! — 11. Il etait en rogne d'avoir loupe son exam. On ne peut pas etre toujours veinard, surtout


9
quand on est cossard. — 12. Son affaire a foire. Il n'avait pas fait gaffe et il faisait trop la foire. — 13. Il s'est casse la gueule et il a bousille sa bagnole. — 14. « Vingt-deux » — Fais gaffe au flic : c'est un cingle et il te fiche une trempe si tu as l'air de rigoler. — 15. C'est un toubib au poil. Tu ne payes pas un rond. Il est vachement dans l'coup. — 16. T'as vu dans l'canard ? Ils font toute une tartine pour un clebs ecrase. Quelle salade pour un cabot ! — 17. Quelle poisse ! J'ai oublie le nom de c'bidule ! (ce truc), (ce machin). — 18. Il a rapplique pour boire un canon sur le zinc. On lui a servi un demi-panache.

   Exercice XIV: Meme travail.

   1. Depuis qu'il est en taule, il se la coule douce. Plus besoin de gamberger, ni d'arriver a huit heures pile au boulot. C'est un flemmard, un cossard. Il a degote la bonne planque. — 2. Sa copine est vachement chouette. Lui est un chic type mais un peu casse-cou. — 3. Son pere a casse sa pipe. Tout le peze est a lui, au moins trois cents briques. — 4. Elle m'a pose un lapin et j'ai poireaute une heure. — 5. Passe-moi cent balles ou dix sacs. — 6. Et le mome, tire-toi ou tu recois une baffe. — 7. Tu vas la fermer ? — 8. Tu l'as engueule parce que ses tiffes et ses godasses etaient cradots. Depuis il s'est fringue. — 9. A la tele, y a un film qui ne casse rien. C'est un vrai navet. Je prefere bouquiner ou piquer un roupillon. — 10. Qu'est-ce que tu fabriques dans ta piaule ? — 11. Chapeau pour ton laius ! — 12. T'as pas fait de gaffe ? (faire gaffe). — 13. Zut ! Il flotte ! — 14. La mere Machin m'a refile son pepin. — 15. C'est casse-gueule de monter un canasson. — 16. Tu vas te faire descendre par tous ces salopards. Je t'ai averti qu'ils etaient moches. — 17. Ca gaze ? — 18. J'ai fauche des clopes a mon vieux. — 19. Tu as fini de te bagarrer avec ton pote ? — 20. Tu en fais une drole de tronche ! Ca va pas ?


10
К покупке доступен более свежий выпуск Перейти