Книжная полка Сохранить
Размер шрифта:
А
А
А
|  Шрифт:
Arial
Times
|  Интервал:
Стандартный
Средний
Большой
|  Цвет сайта:
Ц
Ц
Ц
Ц
Ц

Лексикология (французский язык)

Покупка
Основная коллекция
Артикул: 690675.01.99
В пособии изложены основные темы курса, трактуются ключевые терми- ны, раскрываются базовые понятия, для иллюстрации которых приводятся языковые примеры из современных французских словарей, прессы и интернет- источников. Каждый тематический раздел включает конспект лекции, список терминов для запоминания, контрольные вопросы. Предназначено для студентов 2-го курса институтов и факультетов ино- странных языков, а также для всех желающих изучать лексический фонд фран- цузского языка.
Колмогорова, А. В. Лексикология (французский язык): Учебное пособие / Колмогорова А.В. - Краснояр.:СФУ, 2016. - 98 с.: ISBN 978-5-7638-3538-0. - Текст : электронный. - URL: https://znanium.com/catalog/product/978621 (дата обращения: 25.07.2024). – Режим доступа: по подписке.
Фрагмент текстового слоя документа размещен для индексирующих роботов. Для полноценной работы с документом, пожалуйста, перейдите в ридер.
В пособии изложены основные темы курса, трактуются ключевые термины, раскрываются базовые 
понятия, для иллюстрации которых приводятся 
языковые примеры из современных французских 
словарей, прессы и интернет-источников. Каждый 
тематический раздел включает конспект лекции, 
список терминов для запоминания, контрольные 
вопросы.

А. В. Колмогорова
ЛЕКСИКОЛОГИЯ 
(ФРАНЦУЗСКИЙ ЯЗЫК)

Учебное пособие

ИНСТИТУТ ФИЛОЛОГИИ  
И ЯЗЫКОВОЙ КОММУНИКАЦИИ

Министерство образования и науки РФ 
Сибирский федеральный университет 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
А. В. Колмогорова  
 
 
 
ЛЕКСИКОЛОГИЯ  
(ФРАНЦУЗСКИЙ ЯЗЫК) 
 
 
Учебное пособие 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Красноярск  
СФУ  
2016

УДК 811.133.1(07) 
ББК 81.471.1я73 

К608 
 
 
Р е ц е н з е н т ы:  
Г. М. Костюшкина, доктор филологических наук, профессор, профессор кафедры иностранных языков Байкальского государственного 
университета; 
С. Ю. Дашкова, кандидат филологических наук, доцент, доцент кафедры французской филологии Кемеровского государственного университета  
 
 
Колмогорова, А. В. 
К608 Лексикология (французский язык) : учеб. пособие / А. В. Колмогорова. – Красноярск : Сиб. федер. ун-т, 2016. – 98 с.  
 
ISBN 978-5-7638-3538-0 
 
В пособии изложены основные темы курса, трактуются ключевые термины, раскрываются базовые понятия, для иллюстрации которых приводятся 
языковые примеры из современных французских словарей, прессы и интернетисточников. Каждый тематический раздел включает конспект лекции, список 
терминов для запоминания, контрольные вопросы. 
Предназначено для студентов 2-го курса институтов и факультетов иностранных языков, а также для всех желающих изучать лексический фонд французского языка. 
 
 
Электронный вариант издания см.: 
УДК 811.133.1(07) 
http://catalog.sfu-kras.ru 
ББК 81.471.1я73 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
ISBN 978-5-7638-3538-0 
© Сибирский федеральный 
 
университет, 2016 
 

Оглавление 
 
 
ВВЕДЕНИЕ ............................................................................................................................. 4 

Theme 1. INTRODUCTION À LA LEXICOLOGIE ......................................................... 5 

Theme 2. SOURCES DU LEXIQUE FRANÇAIS ............................................................. 8 

Theme 3. MORPHOLOGIE LEXICALE :  NOTIONS FONDAMENTALES ............ 15 

Theme 4. MODÈLES ESSENTIELS DE FORMATION DU MOT FRANÇAIS : 
COMPOSITION .................................................................................................. 21 

Theme 5. MODÈLES ESSENTIELS DE FORMATION DU MOT FRANÇAIS : 
DÉRIVATION ..................................................................................................... 28 

Theme 6. SÉMANTIQUE LEXICALE :  NOTIONS FONDAMENTALES ............... 34 

Theme 7. LE FIGEMENT LEXICAL................................................................................. 46 

Theme 8. VOCABULAIRES ............................................................................................... 54 

Theme 9. NÉOLOGIE LEXICALE ET LEXICALISATION ......................................... 67 

GLOSSAIRE BILINGUE .................................................................................................... 70 

QUESTIONS PROPOSÉES À L’EXAMEN ..................................................................... 73 

МЕТОДИЧЕСКИЕ РЕКОМЕНДАЦИИ ПО ОСВОЕНИЮ ДИСЦИПЛИНЫ ....... 75 

EXERCICES COMLEMENTAIRES ................................................................................. 79 

REFERENCES ....................................................................................................................... 82 

Annexe 1. PRINCIPALES RACINES GRECQUES ET LATINES .............................. 84 

Annexe 2. PREFIXES FRANÇAIS ET LEUR ORIGINE ............................................... 88 

Annexe 3. SUFFIXES FRANÇAIS .................................................................................... 95 
 
 
 

Колмогорова А.В. ЛЕКСИКОЛОГИЯ (ФРАНЦУЗСКИЙ ЯЗЫК) 

4 

ВВЕДЕНИЕ 
 
 
 
Данное пособие адресовано студентам языковых специальностей, 
изучающим курс «Лексикология (французский язык)».  
В краткой и доступной форме в пособии изложены основные темы 
курса, трактуются ключевые термины, раскрываются базовые понятия, для 
иллюстрации которых приводятся языковые примеры из современных 
французских словарей, а также из современной прессы и интернетисточников. 
Каждый тематический раздел имеет идентичную структуру, включающую в себя конспект лекции, список терминов для запоминания, контрольные вопросы для проверки усвоения материала.  
Пособие содержит двуязычный глоссарий, объединяющий все термины, предназначенные для заучивания; вопросы к экзамену; методические рекомендации по освоению дисциплины; упражнения и задания, выполнение которых способствует овладению практическими навыками анализа языкового материала; список литературы по проблемам лексикологии 
современного французского языка; список полезных сайтов и, наконец, три 
приложения, в которых систематизированы и представлены в алфавитном 
порядке наиболее частотные аффиксы современного французского языка. 
 

Thème 1. INTRODUCTION À LA LEXICOLOGIE 
 
 
 

 
 
 
En langue française il y a trois termes dont la racine et la mȇme et donc ils 
sont étroitement liés sémantiquement. Voici ces trois mots : lexique, lexicologie 
et lexicographie. 
Lexique – ensemble d’éléments signifiants stables d’une langue.  
Examinons la phrase : 
 
Exemple 1 : Nous avons mangé hier des pommes de terre.  
Combien d’éléments signifiants y voit-on? – 6. Est-ce qu’ils sont tous 
signifiants au mȇme niveau ? – Non, puisque ils y a ceux qui désigne des choses 
(pommes de terre), des personnes (nous), des actions (mangé) et un moment 
temporel (hier), mais aussi on observe des éléments dont la signification est 
relative. Avons relie l’action de manger au plan du passé, des associe l’idée 
d’une quantité indéfinie aux légumes (pommes de terre). 
Ainsi, distingue-t-on 2 catégories de mots comme une des variation 
d’éléments signifiants : 1) mots « pleins » qui mȇme en dehors de tout emploi 
dans l’énoncé évoquent une réalité/ appellent à un référent (carotte, pomme de 
terre) ; 2) mots « outils » qui ne réfèrent pas, qui ne font sens qu’en relation 
avec d’autres mots. Alors, seulement les mots de première catégorie – ceux qui 
ont la valeur dénominative – font partie du lexique d’une langue. 
Les mots pleins ont double fonction : ils servent à référer (correspondre 
aux réalités, dont ils sont nom dans la langue)  et permettent de parler de ces 
réalités. La première proprieté est nommée la désignation et la deuxième – la 
signification. 
 
Exemple 2 : Armoire 
Meuble haut et fermé par des battants, garni de tablettes servant à ranger 
le linge, les vêtements, les provisions. 
Le mot armoire fait 2 choses à la fois : 1) il désigne un meuble précis; 2) 
il le fait en évoquant les propriétés de toute armoire. 
Es-ce que ce ne sont que des mots qui portent la valeur dénominative (la 
faculté d’évoquer la réalité)? – Non. Es-ce que ce ne sont que des mots qui sont 
seuls éléments signifiants stables? – Non. 

Notions-clés de la lexicologie :  
lexique, lexème, vocable, morphème, valeur dénominative du mot. 

Колмогорова А.В. ЛЕКСИКОЛОГИЯ (ФРАНЦУЗСКИЙ ЯЗЫК) 

6 

Exemple 3 : Préparer (manger, chanter), préparation (prolongation, 
computation), préparateur (chanteur, mangeur). 
En linguistique on attribue à ces éléments signifiants stables plus petits 
qu’un mot le terme « morphème ». Morphèmes comme porteurs du sens font 
aussi partie du lexique d’une langue. 
Ainsi, pourrait-on modifier la définition du lexique – c’est un ensemble 
d’éléments signifiants stables  ayant la valeur dénominative. Mais cette dernière 
peut ȇtre virtuelle et actuelle : si l’on veut connaȋtre quel objet de réalité peut 
désigner le mot livre on consulte le dictionnaire qui en généralisant tous les emplois 
du mot donne une définition, le mot livre n’a qu’un référent virtuel. Alors on lui 
applique en linguistique le terme de lexème. Mais dès que ce lexème est actualisé 
dans le discours de quelqu’un elle commence à référer à un objet concret et tout à 
fait réel (3) et peut aussi acquérir des sens complémentaires (4). 
 
Exemple 4 : Donne-moi s’il te plaȋt ce livre qui est sur la table. 
 
Exemple 5 : Un livre n’est rien qu’un petit tas de feuilles sèches, ou alors 
une grande forme en mouvement : la lecture (Sartre). 
Dans les cas 4–5 nous voyons le lexème se convertir en vocable grȃce à 
l’utilisation dans le discours. En d’autre mots le lexème est l’unité porteuse de la 
signification dans le système de la langue et le vocable c’est la réalisation de la 
signification du lexème sous forme d’un sens dans le discours. La notion du 
lexique embrasse les uns aussi bien que les autres.  
Et bien la question la plus importante : qu’est –ce que c’est que la 
lexicologie ? 
C’est une branche de linguistique qui a pour objet le lexique d’une langue 

et qui a pour but de dégager les éléments qui constituent les lexèmes, du point de 
vue formel et sémantique, et de formuler les règles de fonctionnement des 
lexèmes dans le discours sous formes de vocables. 
Les résultats de ces recherches sont largement utilisés en lexicographie 
comme sience qui est cantonnée à la fabrication des dictionnaires.  
Le champs des problèmes explorés par la lexicologie et dont la logique 
nous allons suivre dans notre cours est le suivant : la morphologie lexicale; la 
sémantique lexicale; le figement lexical; la néologie lexicale; les vocabulaires; la 
lexicalisation. 
 

 
Termes à retenir :  
lexique m 
mots « pleins » 
mots « outils » 
lexème m 
vocable m 
morphème m 

Termes à préciser : 
langue, discours, référent, signification, sens  
 

Thème 1. INTRODUCTION À LA LEXICOLOGIE 

7 

 

 
Questions à discuter : 
 
1. Quelle est la différence entre les mots « pleins » et les mots-outils ? 
2. Comment définir la valeur dénominative ? 
3. Qu’est-ce que c’est qu’un morphème ? 
4. Où réside la différence entre le lexème et le vocable ? 
5. Qu’est-ce qui  forme le lexique d’une langue ? 
6. Quels sont l’objet et le but de lexicologie ? 
 

Thème 2. SOURCES DU LEXIQUE FRANÇAIS 
 
 
 

 
 
 
L’emprunt c’est une source importante de l’enrichissement du vocabulaire 
d’une langue. C’est un processus par lequel une langue s'incorpore un élément 
significatif (généralement un mot) d'une autre langue; le terme ainsi incorporé. 
La langue qui emprunte un mot est « la langue empreunteuse » et celle qui 
lui fourni une forme verbale est désigné par le terme « langue source ». 
On distingue des types suivants d’emprunts : 
1) le terme est emprunté pour désigner un objet ou une notion aussi 
empruntés à une autre culture pour être incorporé dans la culture emprunteuse : 
une pizza de l’italien, une sauna du finlandais, Internet de l’anglais ; 
2) le cas particulier de l’emprunt c’est celui quand la forme déjà éxistant 
ne change pas, mais sa valeur sémantique, son sens subissent une influence forte 
de la forme analogique dans une des langues soeurs : la nouvelle a acquis le sens 
« récit généralement bref, de construction dramatique, et présentant de 
personnages peu nombreux » grâce à  la lexie italienne novella (XV s.) ; 
3) le terme est emprunté pour remplacer dans la langue emprunteuse une 
expression déjà existant mais beaucoup plus compliquée et moins facile à 
utiliser que celle d’origine étrangère : avoir une issue heureuse → réussir (de 
l’italien riuscire XVI s.) ; opérateur de prises de vue → cameraman ; 
4) le terme est emprunté pour remplacer celui qui existe déjà dans la 
langue emprunteuse mais dont a) la connotation devient négative ce qui emmène 
la restriction de l’usage ou b) sa signification reste trop générale et ne respond 
plus à la demande de concrétiser l’objet, la notion ou ses qualités : 
a) le mot français soudard (le mercenaire qui touche une récompense 
mensuelle) au XVI s.  a été repensé et sa signification a dégradé 
jusqu’à « homme de guerre brutal, grossier » ce qui a emmené 
l’emprunt à l’italien du mot soldat pour combler le vide dans le 
système lexical du français ; 
b) résultat « tout ce qui arrive et qui est produit par une cause » – score 
« marque, décompte des points au cours d’un match » – rapports 
hyper-hyponimiques mis en valeur ; 
5) les exotismes – termes empruntés pour désigner les éléments d’autres 
cultures restant quand même étrangers à la culture emprunteuse qui, néanmoins, 

Notion de l’emprunt et sa typologie. Assimilation des emprunts. Doublets 
étymologiques. Emprunts au autres langues.  

Thème 2. SOURCES DU LEXIQUE FRANÇAIS 

9 

a besoin de les évoquer : taïga (russe), fiord (norv.), geyser (angl .), castagnettes 
(esp.) : 
Et encore un détail : juste avant ce coup de force, Catherine met au 
monde un fils. Le futur comte Bobrinski. Il faut cacher l'accouchement à Pierre. 
Sachant que le tsar adore regarder les incendies, un valet de Catherine brûle 
son isba, entraînant vers le spectacle Pierre et ses courtisans... (tiré d’André 
Makine 
http://www.lexpress.fr/culture/livre/une-femme-aimee-par-andreimakine_1207437.html#YAMg8TkJvPVFifCQ.99) ; 
6) réemprunts – à l’époque de la conquête normande le français est 
devenu la langue officielle de la cour anglaise. Après la gerre de Cent ans le 
statut de l’anglais a été restauré mais un grand nombre de lexies françaises ont 
déjà été profondement assimilées. Alors, le français commence à les emprunter 
au fur et à mesure du developpement des sciences et de l’industrie britanniques : 
reille < lat. Regula → rail ; tenez (fr.) → XVI s. ; tennis angl. → tennis ; humeur 
« ensemble de traits dominants qui forme un charactère » → humour → humour 
« forme d’esprit facilement dégageant de la réalité ce qu’il y en a de ridicule, de 
plaisant et d’insolite » ; 
7) mots-voyageurs ou emprunts indirects – lexies empruntées par 
l'intermédiaire d'une autre langue : chal (persan) → shal (hindi) →shawl 
(anglais) → châle (français XVII s.) ; 
8) internationalismes – léxies dont les formes remontent au fond lexique 
indoeuropéen ou antique ce qui explique la présence des formes analogiques ou 
pareilles et facilement reconnaissables dans plusieurs langues (app. 2a). 
 
Assimilation des emprunts 
Le sort des mots empruntés par le français est varié. Tandis que certains 
emprunts sont employés par tous les locuteurs de cette langue, d'autres restent à 
la surface et ne sont en usage que dans des groupes ethniques et sociaux plus ou 
moins étendus. 
L'assimilation des mots empruntés s'effectue d'après les lois internes de la 
langue emprunteuse, mais elle dépend aussi de plusieurs autres faits: de l'origine du 
mot emprunté, de l'époque de sa pénétration, de la sphère de son emploi, de sa forme 
phonique et morphologique; l'adaptation est différente selon les classes sociales. 
On peut distinguer deux catégories essentielles d'emprunts selon le degré 
de leur assimilation: 
1. Les mots faiblement assimilés et sentis comme étrangers. On les 
appelle «xénismes» (du grec xenos 'étranger'), ils appartiennent surtout aux 
langues spéciales et ne s'emploient presque pas dans la langue commune : 
square [skwar] « petit jardin publique » (XIX s.), spoutnik. 
2. Les emprunts complètement assimilés qui ont subi des changements 
phonétiques et morphologiques. Ces mots sont couramment employés dans la 
langue commune : marmelade (port.), tulipe (turque). 

Колмогорова А.В. ЛЕКСИКОЛОГИЯ (ФРАНЦУЗСКИЙ ЯЗЫК) 

10 

Les 
mots 
empruntés 
subissent 
fréquemment 
une 
assimilation 
morphologique qui leur permet de fonctionner régulièrement dans le système 
grammatical du français (to jog → jogger). 
Outre les adaptations phonétiques (balcone → balcon ; riding coat → 
redingote), graphiques et morphologiques (processor → procésseur) le mot 
emprunté peut subir des modifications sémantiques. Généralement, les mots sont 
empruntés avec un seul sens (secondaire, parfois), tandis qu'ils peuvent être 
polysémiques dans leur langue d'origine. 
Les doublets étymologiques sont une des conséquences de l'emprunt.  
Il arrive souvent que deux mots français, de forme et de sens différents, 
remontent étymologiquement à un même mot latin. 
Au XVIe comme au XVe siècle, la langue française est marquée par 
l’adaptation de beaucoup de mots latins et s’y ajoute l’emprunt d’environ 2000 
mots à l’italien. 
La naissance des doublets. Dans la mesure où la langue française est 
issue en grande partie du latin parlé qui s’est peu à peu déformé, les mots latins 
ont depuis la conquête romaine de la Gaule petit à petit changé de prononciation. 
Ainsi, le latin diurnum a donné le mot français jour, le d se prononçant d’abord 
dj puis j. De même que causum a donné chose, le c prononcé k en latin devenant 
dans un premier temps kch puis dans un deuxième temps ch.  
C’est dans le cadre de cette évolution phonétique que par exemple le mot 
latin hospitalem (de hospitis, celui qui reçoit des autres) a abouti au mot français 
hôtel, le verbe auscultare à écouter, et l’adjectif fragilem (de fragilis, cassant) à 
frêle (qui manque de force).  
Il faut se souvenir qu’au Moyen Âge, presque tous les écrits savants 
étaient en latin, mais qu’à partir du XIVe siècle, et surtout au XVIe siècle, les 
savants et les écrivains ont traduit de nombreux textes anciens latins ou grecs en 
français. Ils ont alors directement créé des mots français à partir des mots de ces 
langues anciennes : le nom latin hospitalem a par exemple été repris et a donné 
directement le mot français hospital (hôpital), le verbe latin auscultare a donné 
le verbe ausculter, et fragilem l’adjectif fragile. 
En reprenant presque tel quel un mot latin (auscultare transformé en 
ausculter) pour l’introduire dans la langue française, alors qu’existe déjà un mot 
français issu de ce même mot latin mais très déformé (écouter qui a pour racine 
lointaine auscultāre), les écrivains et les savants créent ce que l’on a appelé des 
doublets : ausculter et écouter sont des doublets (tableau 1).  
Le poids et la relevance des couches historiques formant le vocabulaire 
français n’est pas le même. Ainsi on distigue trois couches principales : 1) celle 
qui est la plus ancienne et basique formée par les lexies héritées du celtique, du 
latin populaire et du germanique est définie comme le fonds primitif du français – 
les mots dits « de formation populaire » parce qu’ils ont évolué dans l’usage